Translate

Dienstag, 28. Februar 2012

Vox Anonymous via #AnonymousFrancophone




via  on Youtube
Vox Anonymous « Magazine Collectif, Libre et Gratuit »
Anonymous est une idée. Anonymous est une nouvelle forme de militantisme pacifique qui a vu le jour voilà déjà plusieurs années. Anonymous lutte pour la sauvegarde et la restauration d'un droit fondamental : la liberté de penser et de s'exprimer. Anonymous milite contre les lois liberticides, les dictatures et les sectes. Nous sommes des hacktivistes, philanthropes. C'est une diversité réunie autour d'une idée fondamentale : la liberté d'expression.

Dans cette même aspiration, nous vous présentons le premier Magazine en français rédigé sur Anonymous. Depuis plusieurs mois, il y a un véritable engouement médiatique autour des actions du Collectif. Mais trop souvent, les propos et les opérations d'Anonymous sont déformés, mal compris ou exagérés par la presse. Anonymous ne s'attaque pas aux médias, ainsi ils leur laisseront dire ce qu'ils veulent. En revanche, Anonymous a un droit de réponse. C'est dans ce but que nous proposons le projet Vox Anonymous : nous prendrons le temps de vous expliquer qui nous sommes, mais surtout ce que nous ne sommes pas.

Vox Anonymous reflète ce mouvement : pas de hiérarchie, pas de représentant officiel, uniquement des gens responsables. Vox Anonymous est un prétexte pour une réflexion commune et nous vous invitons à y prendre part. Anonymous est tout le monde et personne, ce magazine est à tout le monde et à personne. Ce magazine n'est pas affilié à Anonymous, ce n'est pas le magazine officiel d'Anonymous mais un magazine sur Anonymous, cela fait une sacrée différence !

Toutes les infos et Premier numéro à télécharger gratuitement: mi-mars.

Le Forum Vox Anonymous est ouvert: http://voxanonymous.net/forum/

Keine Kommentare:

Kommentar veröffentlichen

Keine Anonymen Kommentare, bedankt euch bei Daniel Eggert und Winfried Sobottka, und nun wie bekannt wurde wegen Massiven Beleidigungen und Todesdrohungen gegen mich aus Groß-Gerau Francesco Marceddu.